Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 22:09

http://www.imaginales.fr/sites/imaginales/design/affiche.jpg

Les Imaginales 2010.


 

Salon (ou festival) littéraire spécialisé dans l'imaginaire se tenant chaque année dans la ville vosgienne d'Epinal. Régulièrement, je m'y rends, et cette année ne fut pas une exception, puisque j'y ai passé l'intégralité (ou presque) des quatre journées que dure officiellement ce festival.

 

Ce lieu est, pour moi, un temps fort chaque année. Il m'accompagne depuis 2006 dans mon parcours étudiant, mes doutes, mes changements, mes vacillements, mes certitudes aussi. Et s'il fut, souvent, un artisan au service de mes multiples reconstructions, cette année, il insista lourdement sur mes faiblesses, mes creux et mes angles. Cependant, ces forts agréables et intéressantes journées eurent le mérite d'éloigner temporairement de mon esprit les fantômes du quotidien.

 

 

 

Au programme cette année, de belles rencontres mais aussi d'importantes retrouvailles.

 

Tout d'abord, en ce qui concerne les retrouvailles, je citerai Florence, des Lyonnes de la SF, dont j'eu le plaisir de partager la chambre trois nuits durant, depuis le Campanile. Vous aurez d'ailleurs l'occasion, dans quelques temps, d'écouter sur son site une émission consacrée à cette édition des Imaginales ainsi que plusieurs émissions reprenant les propos enregistrés de certaines Tables Rondes.


Ensuite, je n'oublie évidemment pas la maison d'édition Griffe d'Encre, une petite maison qui grandit, qui grandit, soutenue par les charmantes et très disponibles Menolly et Magali Duez, qui sélectionnent avec goût des textes originaux et de qualité.

 

Et sinon? Des retrouvailles avec certains auteurs, comme la tourbillonnante Emmanuelle Maia, le souriant Alain Damasio ou encore le sympathique Stéphane Beauverger. Quelques mots échangés, par ci, par là, quelques Tables Rondes à les écouter, et parfois un déjeuner ou encore un dîner à partager. Un plaisir rare.

 

En ce qui concerne les belles rencontres, je tenais à citer une maison d'édition Strasbourgeoise créée par des passionnés de littérature, j'ai nommé La dernière goutte, qui se charge de publier romans et nouvelles d'écrivains connus ou moins connus, comme par exemple Marie-Agnès Michel ou encore Jacques Sternberg.

 

N'oublions surtout pas les auteurs qui m'auront fait craquer. Lionel Davoust, Thomas Day, Christophe Lambert, Jean-Philippe Jaworski, Nathalie Dau, Robert Charles Wilson, Li-Cam, Olivier May et Antoine Lencou. Je ne cite ici que ceux dans l'œuvre desquels je ne m'étais pas encore plongée. Parviendrais-je à les lire tous, alors que ma PAL (Pile A Lire) grossit de jour en jour? Rien n'est moins sûr.

 

 

 

J'avoue n'avoir pas assisté à nombre de Tables Rondes ou Cafés Littéraires, sortes de débats autour d'un thème choisi auxquels participent des personnes dont l'œuvre ou le métier les rend aptes à s'exprimer.


Le premier  auquel j'assistais se tint jeudi dernier, à 17h, et concernait les Nouvelles Formes d'Édition. De jeunes éditeurs ont pu s'y exprimer et narrer leur parcours du combattant.


Ensuite, on se retrouve propulsé au lendemain avec, à 10h, une table ronde autour de la librairie actuelle, de son avenir, du libraire de demain. A 11h, un café fort amusant ayant eu pour thème les figures du mal, autrement dit les grands méchants, tint bon malgré l'absence de deux des intervenants prévus à l'origine. Toujours le vendredi, à 14h ce coup-ci, une conférence fut tenue par Alain Damasio himself au sujet de l'anthropotechnique. Enrichissant, évidemment.


Nous arrivons au samedi, troisième jour du festival, avec un entretien consacré au romancier américain Robert Charles Wilson. Personnage fort sympathique, cet entretien retraça ses débuts dans l'écriture ainsi que sa façon de concevoir son œuvre, le monde,... Le tout traduit en direct live par un Lionel Davoust multiplicateur de casquettes et au meilleur de sa forme. A 17h, j'assistais à une sorte de table ronde réunissant divers écrivains français ainsi que Wilson, dont le sujet consistait à s'interroger sur la capacité actuelle de la science-fiction à faire rêver. Malheureusement, si les questions étaient fort intéressantes, les personnes présentes passèrent souvent totalement à côté à mon goût, ne prenant pas vraiment la peine d'y répondre.


Et enfin, le dimanche, hui même, car, à l'heure où j'écris ces lignes, il est tout juste 23h. Il y a quelques heures à peine donc, soit à 14h, j'assistais à un café littéraire ayant pour thème les antihéros, les Bad Guys comme personnages principaux. Le café le plus amusant auquel j'ai assisté, réunissant des intervenants de choix : Laurent Genefort, Jean-Philippe Jaworski, Christophe Lambert ainsi que Vincent Message. C'est sans aucun doute le café le plus intéressant auquel j'ai pu assister, mêlant humour et sérieux, complicité entre l'interviewer et les auteurs, approfondissement du sujet sans tomber dans la conférence, mais soulevant des questions fort intéressantes comme celle du code de moral d'une société. En dernier lieu, à 16h, un café, ou plutôt une conférence, au sujet de la piraterie au sein de la littérature. Café durant lequel Michel Le Bris a pu nous abreuver de son savoir à ce sujet, en compagnie, entre autres, de Stéphane Beauverger.

 

 

Voilà, que dire de plus? Ah oui, je sais.

Je vous recommande vivement la librairie en ligne Ys, spécialisée dans les littératures de l'imaginaire.

 

 

Je pense que mon petit tour d'horizon des Imaginales 2010 est complet, pour de plus amples informations au sujet du déroulement des Imaginales, je vous rappelle le podcast des Lyonnes de la SF - à savoir qu'il est probable que  mes interventions orales au sein de la future émission soient retenues.

Partager cet article
Repost0

commentaires

F


Oui, j'ai regardé les prix mais si je bosse, ça peut le faire quand même!


Et puis, il faut profiter de toutes les occasions, la vie est courte. J'ai beaucoup aimé tes différents liens.


Bises



Répondre
L


Yeah !


Alors au plaisir de te retrouver dans deux semaines à Paris puis... Qui sait... Ensuite dans un an à Epinal?



F


J'aurai eu les moyens, je t'aurai sûrement accompagnée. J'aime beaucoup le site de la librairie en ligne, Ys.


Merci pour cet article.


Si je peux, l'année prochaine, on pourrait le faire ensemble. :)



Répondre
L


Avec grand plaisir mam'zelle Fabou !


C'est vrai que de par chez toi, ça fait loin quand même :)