Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 12:32

 

Bonjour chers lecteurs,

 

Je vous présente une petite suite à l'affaire dont j'ai parlé ici HIER. Cette affaire concerne la mise en avant, par Luc Ferry sur le plateau du Grand Journal de Canal +, d'une rumeur accusant un ancien ministre de pédocriminalité au Maroc. Et ce, sans citer le nom de la personne en question.

 

Dans l'émission Ferry-Julliard, diffusée ce matin sur LCI, Luc Ferry s'est expliqué plus longuement au sujet de ses propos. Etant accusé de tous côtés de n'avoir pas saisi la justice dès connaissance de l'affaire, il met en exergue la place inconfortable d'une personne qui ouï des rumeurs, rumeurs circulant dans les plus hautes sphères de l'Etat, sans avoir en sa possession la moindre preuve des faits.

 

Dans ce cas, que faire ? Parler au grand public de ces rumeurs, au risque d'entacher un innocent et de se faire poursuivre pour diffamation ? Ou attendre ?

 

Il aura profité de l'article paru samedi dans Le Figaro Magazine (vous pouvez le lire ICI) au sujet de l'affaire qui nous préoccupe pour, selon ses propres propos, « jeter un pavé dans la marre ». Il n'empêche que, cette affaire ayant tout l'air de pointer un homme du PS et le Figaro n'étant pas tout à fait un journal politiquement indépendant, le « pavé » tombe au bon moment.

 

Attention, si crime il y a, il faut que cela sorte et que le criminel soit puni ! Cependant, cette rumeur étant visiblement connue d'un certain nombre d'élites depuis de nombreuses années, il semble particulièrement opportun de la faire ressortir des placards maintenant, alors que la droite semble en particulière mauvaise posture pour les élections à venir.

 

Maintenant, peut-être n'en est-il rien, puisque nous ne connaissons pas l'identité du sujet de la rumeur. Jean-François Kahn, pour sa part, assure qu'il ne s'agit pas de cet homme du PS qu'ont mentionné certains journaux peu scrupuleux, comme vous pouvez le lire ICI.

 

Ci-dessous, la vidéo de l'intervention de Luc Ferry sur LCI.


Cette vidéo est tirée d'un article paru sur le site videos.tf1.fr.


J'aimerais rajouter en toute fin un mot au sujet du titre présent dans la barre d'adresse de l'article : « exclusif-lci-luc-ferry-revient-sur-ses-propos-et-denonce-le-bal-6512518.html ». A AUCUN moment Luc Ferry ne revient sur ses propos. Il ne fait qu'expliquer plus longuement ce qu'il cherchait à démontrer durant son intervention au Grand Journal, lundi le 30 mai au soir. Il suffit de regarder la vidéo pour le comprendre.

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 12:24

Bonjour chers lecteurs,


C'est le nouveau buzz de l'actualité, au point de couvrir l'affaire du concombre masqué, qui ne serait en fait peut-être pas un concombre. Ne mangeons plus de produits frais, plus de produits emballés dans des conteneurs en plastique, plus d'aliments conservés dans des bocaux en verre, dès fois que des éclats de verre s'y promènent, plus d'aliments que nous avons cultivé nous-mêmes parce que le sol est tout pollué. Ne mangeons rien, nous mourrons plus vite et, peut-être, dans moins de souffrances. 


 


Blague à part. Luc Ferry, philosophe et ancien ministre, a lâché lundi soir une bombe sur le plateau du Grand Journal de Canal +. Au cas où vous feriez partie des quelques personnes n'en ayant pas encore entendu parler, une petite vidéo s'impose.


 


 

 

Voilà. Il ne s'agit, ni plus, ni moins, d'une accusation de pédocriminalité à l'encontre d'un ancien ministre de notre chère République française. Après les hommes ayant un comportement douteux avec les femmes, les hommes à enfants.

 

En fouillant dans les divers articles et commentaires parus sur le web, je suis tombée sur quelque chose d'intéressant : les affaires CORAL et Zandvoort. Tapez sur Google les mots clefs "dossiers coral", et vous tomberez sur plusieurs articles datant de 2009 évoquant la possibilité d'une réouverture dudit dossier suite à l'affaire Polanski. Vous tomberez également sur  CA : un dossier évoquant l'affaire CORAL (des plus sordides), sa mise au grenier et son lien avec Zandvoort. Zandvoort, kézako ? Si vous voulez en savoir plus à ce sujet, je vous conseille le reportage de Karl Zero que vous pourrez trouver ICI.

 

Dans ce dossier,  quelques lignes qui feraient référence à la personne dénoncée à demi par Luc Ferry :


«François Mitterrand venait d'être élu le premier président socialiste de la république française. Le dossier était politiquement intenable, au motif du nombre de personnalités socialiste exposées, dont le ministre de la culture qu'il venait de désigner. Le Capitaine Barril de la gendarmerie avait reçu alors instruction de stopper l’enquête du fait du nombre de personnalités : ministres, magistrats, journalistes, même un rédacteur en chef et un chroniqueur du journal "Le Monde", etc. Le dossier termina dans le garage du supérieur hiérarchique de l'enquêteur principal, avec celui de Kripten, un réseau satanique pédocriminel allié à la Belgique.»

 

J'ai également ouï dire que le neveu de l'ancien président serait impliqué.

 

Si cette affaire s'avérait réelle — je ne connais pas la valeur de ces rumeurs, il n'y a pas de preuves montrées à la justice pour l'instant — un très gros scandale éclaboussant pas mal de personnes (je pense à tous ceux qui sont supposés savoir et se taire) risque de se produire. Mais peut-être qu'enfin, avec les années, nous parviendrons à un système au sein duquel les politiques ne se feraient plus de chantage en gardant l'information pour eux, mais dénonceraient les crimes commis par leurs pairs.

 

Concernant les semaines à venir, j'imagine plusieurs scénarios. Les différents partis pourraient jouer au ping-pong, se renvoyant la balle à scandales, jusqu'à ce qu'il ne reste plus grand monde de propre (jusqu'à présent : DSK PS, Tron UMP, X PS). A moins que cette bombe tirée par Luc Ferry n'ait le pouvoir de tout raser. A moins qu'elle ne soit tellement énorme, au final, qu'elle couvrira tout le reste. Si CORAL est remise sur la table, elle en aura sans doute le pouvoir.

Dans tous les cas, j'espère que, si crime il y a, les criminels seront jugés. Et ceux qui ont su et n'ont rien dit également, car sans doute ont-ils de bonnes raisons et sont-ils enfermés dans un système où l'on ne dénonce rien ayant un rapport avec la vie privée de ses pairs, fussent-ils criminels, mais c'est la seule façon de casser ce système pervers. Système qui ne permet pas le jugement de criminels éventuels, système qui permet que certains profitent de leur savoir afin de s'assurer une position et les bonnes grâces d'autrui.

 

Maintenant, wait & see.

 

PS : Je continue de lire les commentaires et tombe sur d'autres histoires sordides et mises au grenier, comme celle du lycée français de Marrakech. C'est assez flippant.

PS2 : Un «connaisseur issu du Quai» aurait déclaré, à propos des informations collectées au Maroc sur les élites françaises, il y a quelques temps déjà « Sur le Maroc, on est gênés, ils nous tiennent. ». Pour plus de précisions, voir ICI.

Si je tombe sur d'autres histoires, je mets les liens ici en PS.

 

Partager cet article
Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 11:49

Ce matin, en lisant les dernières nouvelles sur Rue89, je suis tombée sur un article relatant des faits particulièrement choquants.


En effet, il semble qu'aux USA, dans les États de Caroline du Sud et d'Alabama (très réputés pour leur ouverture d'esprit...), les prisonniers séropositifs soient traités de façon totalement inhumaine.


Un test est obligatoirement fait sur chaque prisonnier entrant dans l'une des prisons de ces deux États, et si le prisonnier se trouve être séropositif, il sera :


-placé, seul, dans une cellule de confinement, comme un grand criminel dangereux (durant une semaine)

-nourri à travers la porte de la cellule

-empêché de prendre des douches tous les jours

-incarcéré, une fois son état confirmé, dans un quartier de haute sécurité occupé par d'autres séropositifs

-privé du droit de garder son état de santé pour lui, étant affiché sur le site Internet de la prison en tant que porteur du VIH

-obligé de porter un signe distinctif tout au long de son «séjour»

-isolé des autres prisonniers dans les activités quotidiennes (le repas, les cours, la messe)

-défendu de participer à certaines activités

-bridé dans les travaux à sa portée, n'étant autorisé qu'au nettoyage et à la tonte de l'herbe

-insulté, traité de «sidaïque» et de «pédale» par les autres prisonniers


Comment l'administration pénitentière explique-t-elle cet état de fait? Par l'argument «C'est pour leur propre sécurité et pour éviter la propagation du virus». Mouay mouay mouay.



Quelques témoignages de prisonniers :


Ronald B.  :

« A mon arrivée à Kirkland, je suis passé par l'admission. Ils m'ont fait un examen sanguin. Je ne connaissais pas mon état. J'étais avec tout le monde dans un grand dortoir […]

Soudainement, ils viennent et te sortent… Ils te mettent littéralement dans un donjon, une cellule sombre en bas des escaliers, et c'est tout.

J'y suis resté vingt-trois heures et le lendemain, ils m'ont nourrit à travers la porte. Je ne pouvais même pas prendre de douche tous les jours. Tu dois hurler pour que quelqu'un t'entende, des fois ils venaient, des fois non. »


Joseph T.  :

« J'ai entendu l'un des officiers dire à des prisonniers d'autres dortoirs : “C'est l'unité des séropositifs, restez loin d'eux, vous ne voulez pas attraper cette saloperie, n'est-ce pas ? ”. »


 

Espérons que l'ONG Human right watch (HRW), qui, en collaboration avec le groupe de défense des libertés civiles (ACLU pour American civil liberties union), a receuilli ces témoignages, fera rapidement avancer les choses dans ces États aux moeurs arriérées.

 

Source

Partager cet article
Repost0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 14:17

Ma réaction fait suite au débat déclenché par rapport au reportage de France 2 diffusé mardi :



Pédophilie : Les Prédateurs

 


En effet, je ne suis moi-même pas concernée, n'étant pas journaliste, mais je m'interroge.


Dans ce reportage, une équipe de journalistes s'infiltre dans des réseaux de pédophilie, se faisant tout d'abord passer pour une enfant de 12 ans, puis pour un pédophile. A l'issue dudit reportage, l'équipe a donné les informations récoltées à la police.

Depuis, la profession s'insurge.


« C'est ce qui s'appelle se donner le très très bon rôle. C'est une conception du journalisme qui relève de Tintin, de Zorro, du Chevalier Blanc. […] Il ne fallait pas se mettre dans cette situation là. »


Frédéric Bonnaud, dans Le Grand Direct des Médias sur Europe 1



« Tout cela ne signifie pas qu'il ne fallait pas le faire. Encore faut-il trouver un nom à cette pratique, qui se situe quelque part entre le travail de police et le reportage animalier, mais que je peine, pour ma part, à nommer du journalisme. »


Daniel Schneidermann dans  Arrêt sur Image




Voici mon avis personnel sur la question :


Le problème pour moi ici est que les journalistes SAVAIENT TRÈS BIEN dans quel type de reportage ils s'engageaient. Donc ils avaient déjà dû réfléchir à ce qu'ils feraient une fois les images et interviews en poche, c'est à dire dénoncer aux autorités.

On peut en déduire qu'ils ont effectué ce reportage pour faire à la fois du "choc" et mener leur petite enquête personnelle dans le but de dénoncer ensuite.

Ils ont voulu jouer les justiciers, mais il s'agit d'une porte ouverte à toutes les fenêtres !

On va finir avec des polices de la pensée, parce que si un journaliste peut le faire, des gens vont se dire qu'ils peuvent également le faire. La pédophilie est un sujet brûlant.

Tout le monde va se mettre à soupçonner tout le monde et les gens vont  rendre justice eux-mêmes, pourquoi pas, comme l'affaire qui est sortie ce matin (ces mères de famille de Béziers qui ont assassiné leur voisin pour suspicion de pédophilie, pour plus d'informations vous pouvez lire cet article).

Or, il y a des fonctionnaires payés par l'Etat pour faire ça : les policiers.

Après, OUI, si on tombe PAR HASARD sur des images ou un témoignage, il est de notre DEVOIR de CITOYEN de dénoncer. Mais là le problème c'est qu'il ne s'agit en aucun cas d'un hasard mais d'une investigation menée dans le but de faire de l'audimat, d'une enquête dans le cadre de laquelle le journaliste s'est supplée aux policiers !

Je ne sais pas comment l'affaire a pu éclater au grand jour, mais visiblement il n'y a pas eu assez de précautions de prises. Limite qu'ils fassent ceci sans en parler,  ça n'aurait au moins pas porté préjudice à leur profession.

Mais là, en plus d'avoir joué aux héros (peut-être sur ordre de la chaîne ou des producteurs d'ailleurs), ils jettent l'opprobre sur cette profession déjà mise à mal par le journalisme de scoop et les accusations récentes quant au manque de liberté de la presse.



Je m'interroge donc, déjà, sur ce point.


Cependant, une autre interrogation me taraude par rapport au reportage en lui-même.



Le journalisme, c'est fait pour quoi? Pour informer.

Pour mettre à jour des réalités inconnues du commun des mortels et expliquer ce qui se passe dans le monde.

OR, tout le monde sait que les pédophiles existent, qu'ils fonctionnent par réseaux, etc. On ne peut donc pas vraiment dire qu'il s'agit là d'une information "utile". C'est plutôt un reportage choc destiné à renforcer les gens dans leurs convictions, un brin à contre emploi de ce que devrait être le journalisme.

A la rigueur, faire un reportage sur une brigade anti-pédophilie, la suivre pendant un an et mettre en exergue au montage à la fois les points forts de ces brigades mais aussi les dysfonctionnements, de la façon la plus objective possible. Là on pourrait déjà parler un peu plus d'information.

 

La déontologie et le devoir du journaliste devraient être revus.

 



Les journalistes d'investigation vont-t-ils avoir beaucoup plus de fil à retordre dans leurs futures enquêtes?


La vigilance et la méfiance des criminels ou réseaux de quelque sorte que ce soit (drogue, traffics, prostitution, etc) à l'égard des journalistes va-t-elle augmenter de manière significative?


Et aussi, les policiers, usant des mêmes méthodes que le ou les journalistes dudit reportage, ne vont-ils également pas avoir un peu plus de mal à intégrer les réseaux, si ladite méfiance s'accroit?



Quelques liens utiles :

Rue89

Arrêt sur Image

Partager cet article
Repost0