Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 16:24

Chers lecteurs,



Récemment, grâce à la mirifique Médiathèque André Malraux de Strasbourg, j’ai pu emprunter le Zatôichi du très célèbre Takeshi Kitano.

http://img146.imageshack.us/img146/8260/afficher.jpg
L'affiche du film

L’artiste et amuseur aux multiples facettes a emporté, à la Mostra internazionale d'arte cinematografica di Venezia 2003, le Lion d’argent du meilleur réalisateur pour ce film. Rappelons que c’est ce festival qui avait fait connaître Akira Kurosawa avec Rashômon en 1951 et, plus largement, le cinéma japonais en Europe. Rappelons également que Takeshi Kitano a été primé pour la première fois de sa vie lors de ce festival, en 1997, pour son magnifique Hana-Bi.

http://img413.imageshack.us/img413/6605/large20zatoichi20bluray.jpg
C'est le sang de qui, à votre avis?

Zatôichi est une célèbre série de films japonais produits par la Daiei qui fit de l’acteur Shintaro Katsu l’une des plus grandes stars du cinéma japonais dans les années 1960-1970. Le premier long métrage issu de cette série, réalisé par Kenji Misumi, est sorti en 1962 sous le titre de Zatôichi monogatari (座頭市物語). Une vingtaine de films ainsi qu'une série télévisée de 4 saisons au nom de cette licence et avec le même acteur dans le rôle principal furent réalisées entre les années 1962 et 1979.

http://img687.imageshack.us/img687/3747/zatoichilemasseuraveugl.jpg
Le DVD de l'un des "vieux" Zatôichi

Dans le Japon traditionnel, les aveugles exerçaient le plus souvent la profession de masseur, afin de ne pas être un fardeau pour leur famille. Ils étaient d’ailleurs regroupés en un syndicat qui survécut jusqu’au début de l’ère Meiji. Zatôichi est l’un de ces masseurs, inventé sous la plume de Kan Shimozawa, il a la particularité d’être également une très fine lame. Justicier toujours prêt à défendre les opprimés, il combat divers ennemis et déjoue maints complots au cours de ses pérégrinations.

On est donc dans un chanbara (チャンバラ) ou ken-geki, c'est-à-dire un film de sabre japonais mettant en avant un combattant poursuivant la Voie du Guerrier ou Bushidō (武士道).

N’ayant pas vu d’autres épisodes de la série, je ne peux émettre de comparaison mais, à priori, dans le Zatôichi*de Kitano, on retrouve les éléments ayant fait le succès de la série mais réadaptés à la sauce du réalisateur, ce dernier n’ayant pas voulu faire un simple remake. Ce qui est, je pense, tout à son honneur.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/35/12/90/18361998.jpg
Le très beau Tadanobu Asano dans le rôle de Hattori

Un masseur peu loquace, interprété par Takeshi himself, dissimulant un katana à la lame très tranchante dans sa canne d’aveugle (interprété de façon assez semblable au Nishi de Hana-Bi, manière de jouer héritée du célèbre William Surrey Hart, c'est-à-dire minimaliste, avec très peu d’expressions, afin que le spectateur s’interroge sur ce héros sombre et silencieux). Deux belles geishas itinérantes en quête de vengeance. Un jeune et très talentueux (sans oublier qu’il est beau) rônin (浪人) nommé Hattori -interprété par Tadanobu Asano- et sa jeune épouse tuberculeuse. Une ville sous la coupe du clan de Ginzo, des gens très sympathiques qui ont pris l’habitude de pourfendre toute personne se mettant en travers de leur chemin vers l’argent et le pouvoir. Un combat décisif à la lueur d’un bûcher.

http://img406.imageshack.us/img406/401/zatoichi.jpg
Qui sortira vainqueur de ce duel?

Ajoutez à tout ça une superbe esthétique du sang et de la mort. Une violence rapide, fulgurante, qui ne prévient pas mais qui éclate brutalement -les combats sont basés sur les techniques de l'iaidō (居合道), autrement dit sur l'art de dégainer le sabre-. La mort est, quant-à elle, très stylisée, mais comme toujours dans les films de Takeshi Kitano, le spectateur ne peut s'empêcher de s'identifier à celui qui prend les coups, ne peut s'empêcher d'avoir pitié et de souffrir. Il est, pour moi, impossible de rester totalement indifférent. Et c'est d'ailleurs un fait voulu de la part du réalisateur, qui a répliqué à des Américains lui reprochant un excès de violence (vous savez, les trucs bien pensants du type, "vous n'avez pas peur que les jeunes veuillent vous copier dans la réalité?") : « La violence dans mes films est une violence qui fait très mal. Dans un film, cette douleur permet de neutraliser la violence. Mais chez vous, vous ne faites que des films sans douleur. »

N'oublions également pas une chorégraphie et une mise en scène des combats époustouflantes. Un montage éclaté et déstructuré comme aime à les faire Kitano, ultra-dynamique nous offrant de magnifiques moments d’une synchronisation parfaite avec la bande sonore. Du saké. Un travesti. Une veuve hospitalière. Un neveu comique et sympathique ainsi qu’un numéro de claquettes japonaises…

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/35/12/90/18361997.jpg
Yûko Daike dans le rôle de la belle Geisha Okinu Naruto

…et vous obtenez un véritable chef d’œuvre durant lequel on ne s’ennuie pas une seconde, qui nous tient en haleine, ravit nos yeux et nos oreilles.

Pour les petites anecdotes : la scène de la pluie est un hommage aux Sept samouraïs d’Akira Kurosawa. La troupe de danseurs The Stripes apparaît à la fin du film pour un final étonnant. Takeshi Kitano a dû subir un entrainement intensif afin de pouvoir effectuer lui-même la plupart de ses cascades.

Je vous laisse avec le Trailer en Vo (parce que la vf...) :

 

 

 

...et une citation de Takeshi Kitano, tirée d’un entretien avec Mathieu Kassovitz datant de juin 1998 (donc avant la création de ce film), que j’ai pu lire dans l’édition de « Rencontres du Septième Art » consacrée à notre japonais.

« Je pense que celui qui exerce une violence doit savoir qu’il peut lui aussi avoir à subir la violence. Quand on tue quelqu’un, il faut toujours avoir en tête qu’on peut être tué soi-même. C’est pourquoi, s’il y a des meurtres dans mes films, je prends toujours la responsabilité de faire mourir celui qui a tué ; il n’y a jamais de happy end. »


http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/35/09/53/p1.jpg
Takeshi Kitano en Zatôichi, just über classe


Sources : -Le Cinéma Japonais, 2e édition par Max Tessier
-Images du cinéma Japonais par Max Tessier
-Takeshi Kitano - Rencontres du Septième Art

Partager cet article
Repost0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 19:35

Chers lecteurs,


Aujourd'hui, je vais vous parler de The Sky Crawlers, de son titre original Sukai Kurora dernier film d’animation réalisé par Mamoru Oshii sorti en Europe, réalisateur des films Ghost in the Shell.


http://img64.imageshack.us/img64/1171/mamoruoshii.jpg


Paru en DVD et Blue Ray le 26 janvier 2010 en nos vertes contrées (même si sorti au Japon le 2 août 2008), j’ai pu avoir la chance d’en profiter pleinement dans l’une des rares salles françaises à l’avoir diffusé sur grand écran et, étant donné qu’il sera présenté à la Fête de l’Animation de Lille, ai pensé que ce serait une bonne idée de vous donner envie (ou pas) d’aller le voir.


http://img28.imageshack.us/img28/3332/theskycrawlers.jpg   http://img693.imageshack.us/img693/9899/theskycrawlers2.jpg


Ce film, réalisé par Mamoru Oshii, adaptation à l’écran d’une série de livres de Hiroshi Mori, compte à son casting la célèbre Rinko Kikuchi (Babel), la peut-être encore plus célèbre Chiaki Kuriyama (Kill Bill, Battle Royale) ainsi que Tanihara Shosuke (connu pour ses participations à de nombreux dramas ainsi qu’à des TV shows).
Il dure tout de même 2h, mais on ne voit pas le temps passer si on se laisse prendre par l’émotion.

http://img716.imageshack.us/img716/1537/theskycrawlers6.jpg

En un temps indéterminé, des enfants qui ne peuvent grandir mais possédant une maturité d’adultes, les Kildrens, sont contraint de participer à de gigantesques batailles aériennes qui ne sont en fait qu’un jeu destiné à satisfaire la soif de violence de leurs contemporains, les guerres ayant été abolies. Leur quotidien ? Une vie morne et isolée, au sein de bases militaires particulièrement vides de monde, loin des villes, loin de la vie, loin de tout.

On suit, tout au long du film, Kannami Yuichi, la dernière recrue de l’une de ces bases (en remplacement d’un pilote disparu), sa découverte du lieu, des personnes le peuplant, son rapport avec les autres, sa vie au quotidien, ses interrogations et questions existentielles.

http://img718.imageshack.us/img718/9104/theskycrawlers3.jpg

Je vous préviens tout de suite, malgré quelques batailles aériennes extrêmement impressionnantes d’un point de vue visuel (j’ai rarement - voire jamais - vu une animation d’une telle qualité, - même si je ne m’y connais pas vraiment en la matière -, raison pour laquelle contempler The Sky Crawlers sur grand écran est un gros plus), ce film est plutôt du genre contemplatif. L’intrigue avance lentement, et dans une sorte de pesanteur voulue, servant à mon sens très bien le fond du film. Amateurs d’action permanente, passez donc votre chemin !

Et un trailer, de un :



Ce film est habité d’un ressenti du vide de l’existence, du non sens des actes et d’un sentiment d’impuissance totale tout à fait particulier et très déprimant. Une boucle sans fin, un éternel recommencement, un temps cyclique au sein duquel la vie et la mort se confondent, au sein duquel plus rien n’a de sens.


http://img638.imageshack.us/img638/9636/theskycrawlers5.jpg


Un petit mot sur l’OST, composée par le très célèbre
Kenji Kawai (Ghost in the Shell, Higashi no Eden, Mobile Suit Gundam 00). Elle est magnifique et correspond parfaitement à l’ambiance du film. Le thème principal, dont vous pouvez entendre une partie dans le trailer ci-dessus et qui est présent à plusieurs moments clef, est juste merveilleusement bien placé, pile au bon moment pour faire frissonner le spectateur et lui faire monter les larmes aux yeux.

Et un trailer, de deux :



(Notez que je ne vous propose pas le trailer VF, qui n’est à mon sens pas du tout représentatif du film et qui en plus spoile pas mal)



En conclusion, un film magnifique, mêlant à merveille animation en 2D et 3D. Une narration quelque peu étrange qui n’offre pas au spectateur ce qu’il attend, au service d’un film bouleversant et glaçant, avec un scénario passible de plusieurs interprétations et des personnages attachants, d’une tristesse sans fond.

Une réflexion sur la mort et le rapport qu’elle entretient avec la jeunesse.
Un rêve ou cauchemar éveillé d’où le spectateur ne sort pas tout à fait indemne.

http://img638.imageshack.us/img638/8715/theskycrawlers4.jpg



_______________________________________________________________________________


Sources :
http://www.allocine.fr
http://www.goldenscore.fr
Mes yeux et mon cerveau

Partager cet article
Repost0