Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 19:18

Chers lecteurs,

 

C'est avec courage que je me suis lancée à la recherche d'un nouveau logement en région parisienne. Après près d'un an passé dans une studette meublée de 10m², salle de bain comprise, ancienne conciergerie en proche banlieue pour la modique somme de 460€ par mois, je cherche un logement d'une surface de 15m² minimum, pour 500€ maximum (on peut dépasser un peu avec les charges), à Paris, dans les Hauts de Seine et dans le Val de Marne.

 

Eh bien, malgré les 5 à 10 annonces publiées chaque jour correspondant à peu près à ma recherche, ce n'est pas aisé. Au programme :


  • Les lignes téléphoniques des propriétaires saturées sitôt l'annonce publiée
  • Les immeubles forts vétustes
  • Les arnaques
  • Les charges mirobolantes
  • Les propriétaires qui ne veulent pas d'étudiants

 

Samedi matin, j'ai ainsi eu le privilège de visiter un studio dans le 13è. L'immeuble était situé dans l'arrière cour d'un autre immeuble. La cour, qui aurait pu être fort mignone, était malheureusement le coin poubelle. Sympa les odeurs, surtout quand il fait chaud. Les habitants s'en servaient également de dépotoir : quelques téléviseurs y trainaient et le jardin était certi de mégots.

 

Plus sympathique encore, depuis la cour de l'immeuble en attendant le propriétaire, j'ai eu le privilège d'entendre des gamins du premier étage brailler avant de se faire violemment claquer par leur mère. Puis rebrailler. Comme entrée en matière avec ses éventuels futurs voisins, ça vaut son pesant d'or !

 

L'immeuble en lui même était vieux. Des marches en bois lissées par les passages, aux formes insoupçonnables. Pas d'ascenceur mais l'appartement était au second. Ces détails ont leur charme et exercent sur moi un attrait romantique, mais la rampe à la propreté douteuse, qui colle vaguement, non.

 

En ce qui concerne l'appartement à proprement parler, ça allait. Mais «aller» pour la région parisienne, ce n'est pas la même chose qu'«aller» pour la province. Des placards jaunis de façon irrécupérable, pourris par un précédent locataire (j'ai la même chose dans mon studio actuel, c'est un peu dégueux et ça ne donne pas envie d'y entreposer ses couverts et sa nourriture), un radiateur électrique d'appoint d'une saleté repoussante, une salle de bain en mouchoir de poche, plus petite que mon actuelle (OK, les WC étaient dans une pièce séparée), et une fenêtre qui donne sur une «cour» intérieure, ou plutôt sur un puit, de 4m². Vive la lumière.

 

N'oublions pas le potentiel «cambriolage» de l'appartement. Si la cour intérieure, à hauteur du deuxième étage, était fermée sur trois côtés, le quatrième donnait directement sur le toit d'un autre bâtiment, ce qui rendaient la fenêtre particulièrement accessible aux malandrins. D'où le conseil de la propriétaire de garder les volets ouverts si l'on ouvre les fenêtres.

 

Et le pire, c'est que si l'annonce des charges et du coût de l'éléctricté n'avaient pas été prohibitifs, j'aurais laissé mon dossier.

 

Autre anecdote, l'arnaque : se méfier des trop belles occasions ! Après contact, par mail, (la personne ne laissera jamais de numéro de téléphone), et envoi de photos alléchantes d'un magnifique appartement pour pas cher (un 30m² pour 500€ à Paris, la pestilence se flaire de loin), la demande est faite d'un envoi préalable d'une caution équivalent à deux mois de loyers, voire plus, par mandat postal. Et ceci sous divers prétextes du type «je viens de déménager dans un pays étranger je ne peux venir alors on fait ça à distance» ou, plus gros encore, «je me déplace de loin, cela me coûte cher, aussi, je veux l'assurance que les personnes sont vraiment intéressées et viendront effectivement à la visite - je n'encaisserai évidemment pas votre chèque de 1500€, mais si vous êtes prêts à en faire un, cela me prouvera votre motivation». J'ai eu les deux cas, en deux jours.

 

Il faut se méfier également de la sous-location, qui ne permet pas de toucher des APL ou ALS. Sachant que les prix sont les mêmes que pour une location. Bon, on sait à quoi on s'engage généralement quand on se lance là-dedans.

 

Sinon, on trouve en cette saison des personnes qui louent leur appartement pour l'été à des touristes, ce qui n'arrange pas vraiment mon affaire. Bon, généralement, le fait que la location soit de courte durée est mentionné sur l'annonce. Généralement.

 

Un petit conseil pour la fin, si un propriétaire vous demande deux mois de caution (comme c'est visible sur certaines annonces), refusez. C'est interdit, et cela augure le pire.

 

J'aurais voulu agrémenter cet article de quelques photographies d'un magnifique appartement arnaque, mais les caprices de la connexion en ont décidé autrement.

 

See ya !

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


Un passage tardif pour te souhaiter une bonne soirée !
à très bientôt !



Répondre